T-CHECK: POUR UNE LUTTE EFFECTIVE CONTRE LES « FAKE NEWS » EN HAÏTI


L’association haïtienne des médias en ligne (AHML) a lancé, le 15 décembre 2018, une plateforme dénommée « T-check Haïti »  pour analyser le degré de fiabilité et de véracité des informations publiées sur les réseaux sociaux et dans les médias traditionnels. Cette initiative constitue le point de départ de la lutte contre les « Fake news » en Haïti.

T-check Haïti est une plateforme  de fact-checking (vérification de faits) qui offrira de nouveaux moyens de divulguer les informations. Sa première utilité sera de permettre aux utilisateurs de vérifier en un clic les informations qui viennent de toute part, lit-on dans un communiqué de l’Association haïtienne des médias en ligne (AHML).

De nos jours, presque chaque utilisateur des réseaux sociaux veut se transformer en journaliste et publie n’importe quoi, soit pour faire sensation soit pour induire volontairement en erreur dans un but précis. Cet outil de l’Association haïtienne des médias en ligne (AHML) se révèle ainsi incontournable dans la lutte contre la pollution en matière d’information.

 « Une initiative très louable »

Pour plus d’un, le lancement de T-Check Haïti est une planche d’espoir dans la lutte contre les infox dans le pays. Ce fact-checker vient à point au moment où les intoxications sont monnaie courante en Haïti. Ce qui pousse beaucoup de gens à féliciter l’AHML pour cette noble initiative.

Skason Baptiste, jeune auteur et journaliste, applaudit les initiateurs pour leur dévouement et dit croire qu’une telle initiative est très prometteuse. « Avec T-Check Haïti, il y aura certainement moins de fausses informations qui circulent sur la toile », avoue le jeune.

Selon lui, cette plateforme va aider à rehausser l’image des agences d’informations. « On va faire beaucoup plus de confiance aux médias qui fonctionnent sur Internet », dit le journaliste.

Par ailleurs, Skason invite les responsables de l’AHML à  « exhorter les autorités haïtiennes à mettre en place une institution ayant la compétence dans le numérique avec une  loi cadre, et aussi à signer des partenariats avec des instances internationales afin de  réguler le fonctionnement de nouvelles technologies de l’information  et de la communication (NTIC) dans le pays »

L’on rappelle que ce projet (T-Check Haïti) est effectif après deux années de pilotage. L’idée de créer ce fact-checker en Haïti, explique l’AHML dans un communiqué, a  pris naissance lors du premier hackathon spécifiquement destiné à produire et développer des projets alliant le journalisme et les nouvelles technologies, les 27 et 28 octobre 2016 à Port-au-Prince, organisé par  la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL).

Molière Adely
Palm Magazine
Précedent HULT PRIZE ONCAMPUS : L'ÉQUIPE GAGNANTE DU CTPEA EST CONNUE
Suivant CE QUE RACONTE UNE JEUNESSE… : YON LIV KI MERITE LI, E KI DWE GENYEN YON LÒT TÒM !