SKASON BAPTISTE, UNE AMBITION QUI DÉFIE SON ORIGINE !


Le journaliste et entrepreneur Skason Baptiste partage son temps entre « SOS Cri d’Alarme », « Respè Pou Ou », « Groupe Excellence Plus », « Belle Ayiti », « Platinum Production » et sa station-service à Miragoâne. Il présente aussi des conférences à des jeunes haïtiens d’un peu partout. Des entreprises privées, des personnages publics et même des partis politiques sollicitent ses consultations en communication. Ce Capois, qui vient de loin, est un jeune leader qui veut participer et provoquer le changement.

Skason a vu le jour le lundi 2 octobre 1989 dans une modeste famille au Cap-Haïtien. Son père, qui vit actuellement à Port-au-Prince, est mécanicien ; quand sa maman avait décédé, il avait à peu près treize ans. Il est le quatrième enfant de sa mère qui avait mis au monde six enfants et l’unique enfant de son père. Skason a vécu son enfance dans la commune de Quartier-Morin où il a commencé à apprendre les premières notions d’écriture dans une petite école de son église « Kay Pastè Isaac », une large salle logeait toutes les classes. Autant de tableaux, autant de classes. C’est dans une telle atmosphère que le valeureux a appris à se « degoche ». Ensuite il a fréquenté l’école Marie Immaculée de Conception à Madeline où il obtenu son certificat de fin d’études primaires.

En 2009, en classe de rhéto, Skason a eu à bosser pour la compagnie de téléphonie Voilà à l’époque où il a travaillé comme promoteur, pendant seulement trois mois, car il voulait se concentrer davantage sur les épreuves d’Etat du Bac I.

Décroché son diplôme de bac II à 19 ans au Lycée National Philippe Guerrier de sa ville natale, Skason Baptiste ne voulait pas rester là. Passionné de communication dès son jeune âge, il est entré à Port-au-Prince pour s’inscrire à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) de l’Université d’Etat d’Haiti (UEH) pour des études de communication sociale. Malheureusement, son nom n’allait pas figurer sur la liste des admis après le résultat du concours d’admission.

Déçu, il est retourné au Cap-Haïtien. Quelques temps après, il s’est retrouvé au sein de l’équipe topographique de Vorbes et Fils Construction dans le Nord où il a eu promotion grâce à sa capacité d’adaptation rapide.

Après quelques quatre (4) mois, il a laissé son salaire mensuel de sept milles (7000) gourdes pour se rendre à nouveau à Port-au-Prince. Cette fois-ci, c’était pour étudier le journalisme à l’école de Valery Numa « Excel Institut de Communication et de Journalisme » , en l’année 2013. Des difficultés certes pour acquitter la scolarité, en dépit du fait qu’il bénéficiait d’une demi bourse, mais il s’est distingué par ses remarquables talents. Ce qui lui a valu une bourse complète pour achever ses études.

Entre temps l’intrépide Skason se faisait remarquer par ses articles, ses reportages sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Il allait être contacté au cours de la même année par Daly Valet qui le proposait un stage qui ne devait durer pas plus qu’un trimestre, pour sa jeune station de Radiodiffusion « Trans Inter » située à Pétion-ville. Là, il allait commencer à jouer le rôle de reporter et d’animateur. La direction de RTI l’avait embauché après huit (8) jours de stage, pour la qualité de ses reportages qui traitaient des sujets tabous. Parallèlement, il collaborait comme bénévole au journal Le Matin. Skason a terminé ses études de journalisme en 2014.

Depuis Skason Baptiste ne cesse de créer, de s’impliquer, comme il le répète souvent :

« Je veux être un citoyen de l’action plutôt que celui de la parole. »

Skason Baptiste

Skason Baptiste, qui ne travaille plus pour Trans Inter suite à sa démission en avril 2017, alors qu’il était déjà directeur de programmation de cette station, s’investit dans plusieurs activités sociales. Il est l’initiateur de « Respè Pou Ou », une initiative qui vise à rendre hommage aux rares valeurs haïtiennes qui ont apporté une contribution remarquable et exceptionnelle à leur communauté. Il a co-fondé avec son ami Jean Claude Donaüs « SOS Cri d’Alarme », une entité qui veut dénoncer les pratiques déshumanisantes, anti-progrès de la société haïtienne. Membre fondateur du « Groupe Excellence Plus », une plateforme dont l’objectif est de réaliser toutes sortes d’activités visant à promouvoir l’excellence en matière d’éducation en Haïti, GEP supporte les études des lauréats du bac II, grâce à la générosité de certaines institutions publiques et privées, Skason en est aussi un acteur incontournable.

L’homme qui rêve d’être populaire, puissant et riche, dans l’idée d’orienter la marche de la société en vue d’un bonheur commun, est aussi entrepreneur. Co-promoteur de « Belle Ayiti », une entreprise de promotion de destinations et des services touristiques en Haïti. Il a co-fondé avec Valéry Numa « Platinum Production », une agence prestataire audiovisuelle, conseil en communication vidéo, qui a paru l’année dernière son dernier film-documentaire « Chili à Tout Prix » qui a été visionné par plus d’une centaine de milliers de personnes; cette compagnie est entrain de mettre les bouchées double pour la sortie en ce mois-ci de son nouveau film-documentaire « Tout Pour le Statut » . Le très ambitieux Skason est associé dans une Station d’essence à Miragoâne.

À l’initiative de la Jeune Chambre International (JCI), en collaboration avec l’Ambassade Américaine et l’Ambassade du Canada en Haïti; il y a quelques 3 ans de cela Skason Baptiste était nominé parmi les 10 jeunes haïtiens les plus remarquables en Haïti.

Homme de terrain, Skason n’aime pas rester à la maison. Il est partout à donner des formations et part à la découverte du pays. Il croit que l’avenir appartient aux jeunes. Le développement durable dépend et doit sortir des Haïtiens, non des étrangers. « Je me suis dis pourquoi mon pays est si pauvre si nous avons autant de ressources intellectuelles que les pays du Nord? J’avance plus loin pour dire que nous n’avons pas un problème de ressources naturelles, nous avons Labadie, la Citadelle, etc. J’étais triste de constater que notre plus grand problème est un problème de leadership » a fait entendre Skason dans une interview au terme de l’année 2017, L’autodidacte Skason Baptiste est très sollicité pour ses idées, au cours de l’année 2017, il a prononcé plus d’une quarantaine de conférences à travers tous les départements du pays, sauf les Nippes et le Nord-Est, sur des thèmes liés au « Leadership ; Engagement citoyen ; Entrepreneuriat ; Communication et Réseaux Sociaux ».En cette nouvelle année, dejà il bat des records en conferences.

« N’ayez pas peur d’oser, lire les bon livres, fréquenter les bonnes personnes, participer à des séminaires sur le leadership », conseille le jeune leader. Ainsi, selon lui, ensemble nous ferons d’Haïti une république prospère où il fera bon de vivre.

Il faut dire que Skason sera en signature très prochainement pour son premier livre qui doit paraitre dans C3Éditions où il va partager non sans détails ses enrichissantes expériences avec ses fans. En seulement 3(trois) mois, il a déjà prononcé une trentaine de conférences tant à Port au Prince que dans les villes de province. A quelques kilomètres de chez nous à Léogâne, à Gressier le dimanche 22 avril 2018, le jeune leader prendra la parole, avec ses mots qui ont la magie de changer des vies.

Avec une détermination sans faille, un engagement invincible, une vision progressiste mêlée d’un charisme hors pair, rien et personne ne peuvent arrêter le jeune Skason dans sa course.

Jeçois Fleury 
Xaragua Perspective

Précedent CHERS DIPLÔMÉS,
Suivant AYITI COMMUNITY TRUST (ACT), PREMYE FON DIRAB KI ETABLI ESPESYALMAN POU AYITI

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *