LA VERITABLE HISTOIRE DE JACK MA


C’est à un petit fonctionnaire chinois anodin, perdu parmi des millions d’autres, que nous devons la naissance du géant de l’e-commerce Alibaba. Tout d’abord impressionné par l’essor d’Internet aux Etats-Unis, puis devenu un serial entrepreneur, Jack Ma se verra contraint d’inventer une nouvelle forme d’e-commerce proprement chinoise, suite à l’explosion de la bulle Internet des années 2000 aux Etats-Unis.

Le géant de l’e-commerce chinois Alibaba a été lancé sur la scène mondiale, avec son introduction en bourse explosive de 2014, plus d’une décennie après la création de la société par Jack Ma.

Le réveil capitaliste de la Chine

La Chine est désormais la deuxième puissance économique mondiale. Un point qui ferait presque oublier d’où elle vient et l’ampleur des réformes économiques des années 1970. A l’époque, le gouvernement chinois avait centralisé la planification de l’économie socialiste du pays, orchestrant le travail de millions de communes dans les vastes campagnes chinoises. Avec les réformes de Deng Xiaoping, la Chine fait volte-face, embrassant les marchés des capitaux et la libre entreprise avec ferveur. Pourtant, ce n’est qu’à partir des années 1990 que le secteur privé commence véritablement à émerger en tant que force motrice de la société, devenant une destination attrayante pour les travailleurs habitués à travailler du berceau à la tombe et à recevoir des prestations socialistes à vie. En 1992 uniquement, 120 000 fonctionnaires ont abandonné la sécurité de leurs postes gouvernementaux aisés, pour rejoindre le secteur privé, voire devenir entrepreneurs eux-mêmes. A cette époque, les Etats-Unis connaissaient déjà la première vague de l’Internet et surtout de l’explosion des dot.com : le navigateur Mosaicest sorti en 1993. David Filo et Jerry Yang ont déjà lancé le site web qui allait devenir Yahoo ! l’année suivante. Les marchés financiers s’apprêtent à accueillir des entrées en Bourse et des capitalisations boursières encore jamais vues.

Un petit fonctionnaire assoiffé de bière

En 1994, Jack Ma travaillait comme professeur d’anglais depuis sa sortie de l’université dans sa ville natale de Hangzhou, autrefois capitale de la dynastie Song. En 1994, il s’agit encore d’une petite ville de 2,5 millions d’habitants. Hangzhou est aujourd’hui la deuxième ville la plus importante après Shanghai dans la zone économique du delta du Yangtsé, avec plus de huit millions d’habitants. Cette année-là, lorsqu’il visite les États-Unis alors qu’il travaille comme traducteur, il découvre le Web pour la toute première fois. Selon ses propres souvenirs, Jack Ma commence d’abord par chercher de la bière en ligne et trouve de la bière américaine, de la bière japonaise et de la bière allemande. En réalisant que la bière chinoise ne figure dans aucun résultat, il perçoit l’énorme opportunité commerciale.

La naissance d’un serial entrepreneur

De retour en Chine, Jack Ma créé sa première société, l’équivalent des Pages Jaunes de Chine, à Hangzhou, mais il n’a pas eu d’autre choix que de la vendre à China Telecom. Au fur et à mesure qu’il en apprend davantage sur Internet, il se rend compte que cette nouvelle technologie pourrait potentiellement ouvrir et étendre le commerce chinois au monde extérieur en amenant le pays sur l’autoroute de l’information. Pourtant, dans l’ensemble, la Chine semble peu s’y intéresser. Il contribue à créer un portail Web pour le ministère du Commerce extérieur à Pékin. Mais les grandes idées de Jack Ma suscitent peu d’intérêt auprès de la plupart des responsables commerciaux d’alors.
Jack Ma s’en retourne à Hangzhou et, en 1999, il réunit une douzaine d’amis pour fonder un nouveau site de commerce en ligne destiné aux PME exportatrices. Il nomme le site Alibaba, en référence aux contes arabes des Mille et Une Nuits. A l’époque, le commerce chinois est en plein essor, mais la majeure partie du volume des exportations passent par les canaux officiels, une pratique illustrée par la Foire de Canton. Organisée deux fois par an, la Foire de Canton est la plus grande et la plus ancienne foire commerciale de Chine, organisée conjointement par le Ministère chinois du commerce extérieur et le gouvernement provincial du Guangdong. Pour les entreprises qui ont pu se rendre à la foire, les opportunités y sont exceptionnelles. Et pour la plupart des très nombreuses PME du reste du pays qui frappent en vain à la porte de cette foire, Jack Ma imagine une énorme opportunité : Alibaba, un sésame pour les PME.

Un faux départ à l’américaine

Comme beaucoup d’autres entrepreneurs à l’époque, Ma rêvait de devenir un autre Yahoo ! ou un autre .com de la Silicon Valley, mais il n’avait pas grand-chose pour soutenir ces aspirations. Après avoir été rejeté par trente-sept investisseurs en capital de risque, Ma rencontre Joseph Tsai, un Canadien d’origine taïwanaise qui travaille alors pour une société d’investissement suédoise. Ma a convaincu Tsai du potentiel d’Alibaba et, avec l’aide de Tsai, il a obtenu une série de 5 millions de dollars US sous la direction de Goldman Sachs en octobre 1999. Au début de l’année suivante, la Softbank du Japon fait un investissement supplémentaire de 20 millions de dollars américains. Tsai rejoint Alibaba comme l’un de ses premiers employés.

Un rebond très chinois

Mais en l’espace de dix-huit mois, la bulle Internet a éclaté. Ayant brûlé une grande partie de son argent, Alibaba a coupé tous les projets commerciaux étrangers et s’est concentré sur son produit de base, permettant aux PME exportatrices de payer pour un placement haut de gamme sur son marché B2B. C’est ce produit, appelé Gold Suppliers, associé à une force de vente directe infatigable, qui a permis à Alibaba de rester à flot. En 2002, l’entreprise a commencé à dégager des bénéfices. Pourtant, l’histoire véritablement révolutionnaire d’Alibaba ne faisait que commencer.

Des dates clés et des chiffres à l’appui

1999 : Lancement d’Alibaba.com (9 millions d’utilisateurs)

2003 : Taobao est lancé (80 millions d’utilisateurs)

2004 : WangvJang et Alipay sont lancés (94 millions d’utilisateurs)

2007 : Lancement d’Alimama (210 millions d’utilisateurs)

2008 : Lancement du Taobao Mall 2008 (nom changé par la suite en Tmall) (298 millions d’utilisateurs)

2009 : Lancement d’Alibaba CIoud (384 millions d’utilisateurs)

2010 AliExpress est lancé (457 millions d’utilisateurs)

2013 : Cainiao Network et Small and Micro Financial Services voient le jour (618 millions d’utilisateurs)

2014 : Alibaba fait son entrée en bourse aux Etats-Unis (649 millions d’utilisateurs)

Le groupe Alibaba compte aujourd’hui des activités aussi diverses que le crédit à la consommation, des places de marché pour les entreprises, des sites sociaux, une activité e-commerce à destination des particuliers… Tao Bao, TMall sont les noms de ces fleurons de l’e-commerce chinois que nous expliquerons dans de prochains articles.

Bertrand Jouvenot 
Bertrand Jouvenot, conseiller, auteur, speaker, blogueur
FORBES

 

 

Précedent DOUZE CONSEILS POUR REUSSIR UNE NEGOCIATION
Suivant ENTRETIEN D’EMBAUCHE : COMMENT REPONDRE À « POURQUOI VOULEZ-VOUS CE JOB ? »

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *