ENTREPRENDRE MALGRÉ LES OBSTACLES


Skason Baptiste a vu le jour le lundi 2 octobre 1989 dans une modeste famille au Cap-Haïtien. Son père est mécanicien et sa maman est décédée lorsqu’il avait à peu près treize ans. Il est le quatrième enfant d’une famille de six enfants et l’unique enfant de son père. Skason a vécu son enfance dans la commune de Quartier-Morin où il a commencé à apprendre les premières notions d’écriture dans une petite école de son église « Kay Pastè Isaac », une large salle logeait toutes les classes. Autant de tableaux, autant de classes. C’est dans une telle atmosphère que le valeureux a appris à se « degoche ». Ensuite, il a fréquenté l’école Marie Immaculée de Conception à Madeline où il a obtenu son certificat de fin d’études primaires.

En 2009, en classe de rhéto, Skason a bossé pour la compagnie de téléphonie Voilà. A l’époque il y a travaillé comme promoteur pendant seulement trois mois, car il voulait se concentrer davantage sur les épreuves d’État du Bac I.

A 19 ans il décroche son baccalauréat II au Lycée National Philippe Guerrier de sa ville natale, Skason Baptiste ne voulait pas en rester là. Passionné de communication, dès son jeune âge il se rend à Port-au-Prince pour s’inscrire à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) afin de suivre un cursus en communication sociale. Malheureusement, son nom ne figurait pas sur la liste des admis transmise après les résultats du concours d’admission. Déçu, il est retourné au Cap-Haïtien. Quelques temps après, il s’est retrouvé au sein de l’équipe topographique de Vorbes et Fils Construction dans le Nord où il a eu une promotion grâce à sa capacité d’adaptation rapide.

Après quatre (4) mois, il a laissé son salaire mensuel de sept milles (7000) gourdes pour se rendre à nouveau à Port-au-Prince. Cette fois-ci, c’était dans le but d’étudier le journalisme à « Excel Institut de Communication et de Journalisme », c’était en 2013. Il rencontre des difficultés pour s’acquitter de sa scolarité en dépit du fait qu’il bénéficiait d’une demi bourse. Mais il a tout de même su se distinguer par ses remarquables talents, ce qui lui a valu une bourse complète pour achever ses études. De nos jours, ses consultations en communication sont très sollicitées par des institutions tant locales que nationales, auprès des partis politiques, des entreprises privées et des personnalités publiques en Haïti.

Skason veut donc réduire, voir éliminer la misère dans son entourage. Ce qui demeurait jusque-là un de ses grands défis, allait avoir un début de concrétisation à travers l’opportunité qui lui a été offerte par un évènement pour le moins insolite. Ce fut donc le déclic. Il avait deux proches qu’il n’avait pas revues depuis quelque temps. Puis, vint un jour où il allait avoir la possibilité de prendre de leurs nouvelles : l’une avait voyagé pour le Chili et l’autre était devenue enceinte, une grossesse non désirée survenue par imprudence en tant que prostituée. Cet évènement eut l’effet d’un choc dévastateur pour Skason, au point de prendre la décision de se battre jusqu’au bout pour « sauver » chaque jour au moins deux jeunes en situation de danger social. D’où la raison de ses conférences tenues et prononcées gratuitement.

Parallèlement à l’exercice du métier de journaliste, il a co-fondé avec le journaliste senior, Valéry Numa, Platinum Production, une agence prestataire audiovisuelle, conseil en communication vidéo située à Port-au-Prince, qui a produit pas mal de film-documentaire à succès dont «Destination Brésil», «Chili à Tout Prix» et tout récemment «Tout Pour le Statut».

L’homme qui rêve d’être populaire, puissant et riche, dans l’idée d’orienter la marche de la société en vue d’un bonheur commun, est aussi  entrepreneur. Co-promoteur de «Belle Ayiti», une entreprise de promotion de destinations et des services touristiques en Haïti. Le très ambitieux Skason est associé dans une Station d’essence à Miragoâne. En 2016, à l’initiative de la “Jeune Chambre Internationale” (JCI), en collaboration avec l’Ambassade Américaine et l’Ambassade du Canada en Haïti, il a été nominé pour le prix des «10 jeunes haïtiens les plus remarquables».

Membre fondateur du « Groupe Excellence Plus », une plateforme ayant pour objectif de réaliser des activités visant à promouvoir l’excellence en Haïti dans le domaine de l’éducation. Skason Baptiste ne cesse de créer, de s’impliquer, comme il le répète souvent : « Je veux être un citoyen de l’action plutôt que celui de la parole ». Dans ce même ordre d’idée, il a fondé en 2015 « Respè Pou Ou », une initiative qui vise à rendre hommage aux rares valeurs haïtiennes qui ont apporté une contribution remarquable et exceptionnelle à leur communauté. Toujours en 2015, pour une initiative citoyenne, il a fondé « Rezo e-Eleksyon », une plateforme électronique en matière de partage d’informations sur le déroulement des élections en Haïti. En 2016, il a co-fondé avec son ami Jean Claude Donaüs « SOS Cri d’Alarme », une entité qui veut dénoncer les pratiques déshumanisantes, anti-progrès de la société haïtienne.

Homme de terrain, Skason n’aime pas rester à la maison. Il est partout à donner des formations et part à la découverte du pays. Il croit que l’avenir appartient aux jeunes. Le développement durable dépend et doit sortir des Haïtiens, non des étrangers. « Je me suis dis pourquoi mon pays est si pauvre si nous avons autant de ressources intellectuelles que les pays du Nord? J’avance plus loin pour dire que nous n’avons pas un problème de ressources naturelles, nous avons Labadie, la Citadelle, etc. J’étais triste de constater que notre plus grand problème est un problème de leadership » a fait entendre Skason dans une interview donnée au terme de l’année 2017, L’autodidacte Skason Baptiste est très sollicité pour ses idées, au cours de l’année 2017, il a prononcé plus d’une quarantaine de conférences  à travers tous les départements du pays (sauf les Nippes et le Nord-Est), sur des thèmes liés au « Leadership ; Engagement citoyen ; Entrepreneuriat ; Communication et Réseaux Sociaux ».En cette nouvelle année, déjà il bat des records en terme de conférences.

Skason Baptiste, jeune auteur vient de signer son premier livre titré “Ce que raconte une Jeunesse…” chez C3 Édition à la plus grande foire du livre du pays, dont il est le deuxième “Best-Seller” parmi tant d’autres auteurs. Un livre qui parle de sa vie, de ses multiples expériences et de sa réussite

Voilà un jeune qui a connu les pires déboires de la vie, qui a même passer des nuits dans les rues de la capitale comme un SDF, qui a réussi cette forme de mobilité sociale malgré les cicatrices sur son corps, cicatrices des humiliations essuyées.

« N’ayez pas peur d’oser, lire les bons livres, fréquenter les bonnes personnes, participer à des séminaires sur le leadership », conseille le jeune leader. Ainsi, selon lui, ensemble nous ferons d’Haïti une république prospère où il fera bon vivre.

AGENDA JEUNES

https://agendajeunes.com/entreprendre-malgre-les-obstacles/

Précedent BON REPO !
Suivant EMPRENDER A PESAR DE LOS OBSTÁCULOS

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *