CE QUE RACONTE UNE JEUNESSE : UN APPEL À LA MOTIVATION


Ce livre de deux cent dix-sept pages et réparti en dix chapitres est avant tout un captivant récit sur la motivation. Ayant vécu une enfance précaire, l’auteur Skason Baptiste explique avec candeur dans les pages de son livre les faits bouleversants qui ont marqué son enfance et son adolescence. Une histoire capable d’inspirer des jeunes en proie à des moments difficiles.

Publié chez C3 édition, « Ce que raconte une jeunesse » est le déchiffrage de la vie d’une mère désespérée qui doit s’écorcher les mains pour élever ses quatre enfants parmi lesquels le benjamin, l’auteur Skason Baptiste. Sa mère est de cette race de femmes qui trainent derrière elles toutes les désillusions de la vie. Elle a connu, à l’instar de la femme samaritaine, des aventures pas très réjouissantes. Plusieurs hommes ont fait escale dans son lit pour des moments d’amour fugaces. Et naturellement, elle s’en est sortie avec des grossesses non désirées. Cette réalité courante en Haïti résulte le plus souvent pour ne pas dire toujours de la vulnérabilité des jeunes femmes essayant de survivre. 

La première partie du livre ayant pour titre ‘’Enfance précaire’’ raconte depuis la rencontre accidentelle d’une jeune femme, Mona Toussaint’, et d’un jeune homme, Roland Baptiste’, dans un bal de Jean Gesner Henry (Coupé Cloué) où un petit garçon qui sera prénommé Skason va être le fruit du désir inassouvi des sens chauffés à blanc par le feu de la passion de cette rencontre improvisée. Skason a dû naître dans une fratrie de quatre enfants, une famille monoparentale. Son père géniteur, comme ceux de ses frères et soeur, faisaient partie de ceux, grand nombre et en quête de flirt entre jeunes femmes et hommes. Très souvent, ils font tout pour ne pas assumer leurs responsabilités. 

À travers ce récit, l’auteur raconte la fureur d’un père qui refuse de son plein gré de déclarer son enfant par devant un officier d’État civil, pour ne pas assumer son rôle de père. Et par obligation, ce pauvre fils finit par porter le nom de famille de sa mère. C’est également l’histoire de Skason passé de Toussaint à Baptiste. Par l’entremise de sa grand-mère et de ses tantes du côté paternel il a été par chance accepté par son géniteur et qui lui a modifié son acte de naissance. 

Il s’agit du drame perpétuel des mères haïtiennes abandonnées, placées devant un affreux dilemme. Avec la précarité de son enfance, Skason a connu de mauvais moments où sa mère devait tous les jours se fendre en quatre afin de joindre les deux bouts à travers ses activités peu honorables: la lessive, le repassage d’habits, la préparation de la nourriture pour des particuliers. À cette époque, bébé étant, il devait arpenter pas mal de foyers étrangers sous les bras de sa maman. Et, les étaient humiliations assez dures. 

« Je suis farouchement en connexion avec ce qui me relie à mon passé. Cela me permet d’avancer et de contrôler chacun de mes pas dans le sentier de l’épanouissement personnel et collectif ». Son itinéraire personnel et professionnel est un bon prétexte pour inspirer les autres. 

Malgré tout ce qu’il a connu au matin de sa vie, il a gardé constamment les yeux fixés sur ses objectifs. En fait, les humiliations de la vie ont formé son caractère, et sa détermination d’avancer sur le chemin du succès et de la réussite. 

Skason raconte aussi le moment où il devait laisser sa ville natale après avoir bouclé ses études classiques, pour intégrer une entité de l’UEH ou une école professionnelle dans la capitale. Son séjour chez sa tante, les premiers jours, jusqu’à devenir un SDF. Par la suite, il est devenu brillant journaliste, conférencier et écrivain. 

Skason Baptiste, né le 2 octobre 1989 à Quartier-Morin dans l’arrondissement du Cap haïtien, département du Nord met en évidence, dans son livre le pouvoir de la créativité. Pour lui, la réussite réside dans la volonté de lutter, la détermination et la constance. 

Rose Karlande Dérosier
Journal Le National
http://lenational.org/post_free.php?elif=1_CONTENUE/culture&rebmun=3606
Précedent ENTRETIEN D’EMBAUCHE : COMMENT REPONDRE À « POURQUOI VOULEZ-VOUS CE JOB ? »
Suivant FARAH MARS : YON AKTRIS TOTAL KAPITAL

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *